Accueil Galerie photo Du tag au graff Le bombage De la rue aux cimaises L'exemple de Montréal Action et sensibilisation Rôle social

 

De la rue aux cimaises :

Pour la majorité des graffiteurs, le graffiti ne peux exister que dans l'illégalité, considérant que c'est la seule façon de perpétuer leur culture. C'est le caractère éphémère du graffiti, souvent effacé quelques jours après sa réalisation qui en fait un moyen d'expression à part. C'est pour le graffiteur un besoin irrépressible de braver l'interdit, de ressentir une montée d'adrénaline au moment du bombage qui le poussent dans cette voie avec un objectif principal : se distinguer de la masse ; d'où un acharnement à peindre le plus de graffitis possibles afin d'être vu par un maximum de personnes. Dans ce cadre illégal, l'aversion pour les graffitis est proportionnelle au nombre de peintures recouvrant les murs. des peintures dont l'aspect esthétique n'est que trop souvent relégué au second plan par les graffiteurs tributaires de mauvaises conditions de travail (urgence, obscurité, risques physiques...).

La légalisation du graffiti joue un rôle primordial dans l'évolution du mouvement en permettant aux graffiteurs de travailler dans des conditions plus confortables et ainsi de produire des oeuvres plus abouties, plus réfléchies, voire longuement préparées.

A Montréal les murs autorisés permettent ainssi aux graffiteurs d'expérimenter de nouvelles techniques at de travailler avec plus de précision leurs réalisations. Les lettrages comme les personnages et leurs décors sont d'abord travaillés sur papier ; leur positionnement est mûrement réfléchi de manière à donner un équilibre à l'ensemble de la fresque. De plus le graffiti autorisé n'est plus considéré comme "polluant" par la population mais assimilé à l'art mural. Il est dès lors reconnu, on parle de murs peints et non plus de détérioration.

Mieux, "l'Art graffiti" avec ses personnages souvent inspirés des bandes dessinées (visages aux arcades saillantes, enfants chauves ou pin-up au rimmel dégoulinant et au rouge à lèvres flamboyant) se décline sur toiles. A Montréal comme ailleurs, quelques graffiteurs se sont engouffrés dans ce créneau rémunérateur.

Mais pour les adeptes du mouvement, le vrai support du graffiti reste la rue.

Texte complet

 

 

 

 

 

Friend Link:Air Max 2016 Schuhe,2017 Nike Air Max,Air Max 90 Mid,Nike Air Max 90 Ultra 2.0 Flyknit,Nike Air Max 90 Turnschuhe,Nike Air Max 95 Turnschuhe
Friend Link:Air Max 2016 Schuhe,2017 Nike Air Max,Air Max 90 Mid,Nike Air Max 90 Ultra 2.0 Flyknit,Nike Air Max 90 Turnschuhe,Nike Air Max 95 Turnschuhe
NIKE FLYKNIT CHUKKA,NIKE FREE FLYKNIT NSW,NIKE FREE FLYKNIT MERCURIAL CHAUSSURES,NIKE FREE FLYKNIT NSW,Nike Free Flyknit NSW,NIKE FREE OG 14 BR MEN